Le LAMA entretient quatre séminaires réguliers, qui se tiennent normalement dans la salle TLR, premier étage du bâtiment Le Chablais, sur le site du Bourget du Lac. D’une part, trois séminaires hebdomadaires existent :

D’autre part, le séminaire du laboratoire a lieu environ tous les trois mois. Il reçoit une personnalité extérieure de renom, sur des sujets pouvant intéresser des membres de plusieurs équipes, ou bien un nouveau membre du laboratoire.

Le séminaire des doctorants a lieu tous les deux mois environ et accueille un jeune chercheur (doctorant, post-doc ou ATER), du Lama ou de la région, pour une présentation d'une heure accessible à tous.

Enfin, le programme des séminaires des laboratoires de la fédération de recherche en Mathématiques (FRMRAA) peuvent être consultés sur les liens suivants :

Prochains séminaires du LAMA :

LAMAJeudi 23 avril 2015 à 14h Michel Pierre (ENS de Rennes et Institut de Recherche Mathématique de Rennes),
Colloquium : Modèles mathématiques de réaction-diffusion : anciens et nouveaux défis

Résumé : (Masquer les résumés)
Depuis l'exceptionnelle contribution d'Alan Turing sur la modélisation mathématique de la morphogénèse en 1952, il est connu qu'ajouter de la di ffusion dans un bon système d'équations di fférentielles ordinaires peut, paradoxalement, détruire la stabilité des solutions stationnaires. Ces instabilités, dites de Turing, conduisent alors à de nouveaux états stationnaires qui sont non homogènes en espace et font apparaître une riche panoplie de motifs asymptotiques. Il s'avère que l'ajout de di ffusion peut même détruire l'existence globale en temps et créer des explosions en temps fini. Le but de cet exposé est de discuter cette question d'existence globale pour les systèmes de réaction-di ffusion, en particulier ceux, tres fréquents dans les applications, ou la positivité des solutions est préservée et pour lesquels la masse totale est a priori bornée. Bizarrement, la question reste encore ouverte dans sa généralité. Nous indiquerons ce qui a ete resolu ainsi que les defi s restants.

EDPs2Vendredi 03 avril 2015 à 14h Laurent Navoret (Université de Strasbourg),
Modèle macroscopique pour un système de particules discoïdales en interactions d'alignement

Résumé : (Masquer les résumés)
Dans cet exposé, nous proposons un modèle décrivant les mouvements d'un grand nombre de cellules auto-propulsées. Les interactions entre les cellules, par l'intermédiaire du fluide environnant, sont modélisées par des interactions d'alignement (de type Vicsek). La forme discoïdale des cellules impose également des contraintes sur leurs inclinaisons. En prenant la limite champ moyen puis la limite hydrodynamique, nous obtenons un modèle macroscopique décrivant la dynamique à grande échelle: c'est un système hyperbolique avec terme source. Nous présentons des simulations numériques de ce modèle et nous discutons l'adéquation entre modèles particulaire et macroscopique. Ce travail est issu d'une collaboration avec Pierre Degond.

GéométrieJeudi 09 avril 2015 à 14h Erwan Brugalle (École Polythechnique),
Courbes de Harnack simples pseudoholomorphes

Résumé : (Masquer les résumés)
Les courbes de Harnack simples ont été introduites et classifiées par Mikhalkin au début des années 2000. Ces courbes constituent des objets extrémaux en géométrie algébrique réelle, et se retrouvent de manière surprenante dans d'autres domaines des mathématiques. Après avoir donné leur définition, je donnerai une preuve alternative et élémentaire du théorème de classification des types topologiques des courbes de Harnack. Cette preuve permet en particulier d'étendre le résultat de Mikhalkin aux courbes pseudoholomorphes réelles.

LIMDJeudi 02 avril 2015 à 14h Tom Hirschowitz (LAMA),
Analytic functors on presheaf categories (travail en cours avec Richard Garner, Macquarie Uni, Sydney)

Résumé : (Masquer les résumés)
In denotational semantics, we have a few examples of notions which are easy to describe graphically (and generally informally), but whose algebraic axiomatisation is tedious, to say the least. Such examples include (in order of appearance) Lambek's polycategories, Girard's proof nets, and Lafont's interaction nets. The importance of algebraic axiomatisation of course resides in the induced notion of denotational model. In this work, we propose a generalisation of Joyal's analytic functors to certain presheaf categories, which we then use to directly derive algebraic axiomatisations from elementary graphical information. For concreteness, we instantiate our results on polycategories. The idea is that the pictures generally used to describe the standard operations on polycategories may be understood as a straightforward collection of finite presheaves on a certain category. Our notion of analytic functor then allows us to interpret this collection as an endofunctor on presheaves, which then freely generates a certain monad, whose algebras are precisely polycategories.

LaboJeudi 23 avril 2015 à 14h Michel Pierre (ENS de Rennes et Institut de Recherche Mathématique de Rennes),
Colloquium : Modèles mathématiques de réaction-diffusion : anciens et nouveaux défis

Résumé : (Masquer les résumés)
Depuis l'exceptionnelle contribution d'Alan Turing sur la modélisation mathématique de la morphogénèse en 1952, il est connu qu'ajouter de la di ffusion dans un bon système d'équations di fférentielles ordinaires peut, paradoxalement, détruire la stabilité des solutions stationnaires. Ces instabilités, dites de Turing, conduisent alors à de nouveaux états stationnaires qui sont non homogènes en espace et font apparaître une riche panoplie de motifs asymptotiques. Il s'avère que l'ajout de di ffusion peut même détruire l'existence globale en temps et créer des explosions en temps fini. Le but de cet exposé est de discuter cette question d'existence globale pour les systèmes de réaction-di ffusion, en particulier ceux, tres fréquents dans les applications, ou la positivité des solutions est préservée et pour lesquels la masse totale est a priori bornée. Bizarrement, la question reste encore ouverte dans sa généralité. Nous indiquerons ce qui a ete resolu ainsi que les defi s restants.